Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Accueil > Le vélo en ville > Vive le n’importe quoi cycliste dans nos rues !

Vive le n’importe quoi cycliste dans nos rues !

De la nécessité d’inverser les paradigmes en matière de déplacement urbain...

Du projet de Rocade Nord de Grenoble à l’avertissement répressif envers les cyclistes [1], l’actualité des déplacements urbains dans l’agglomération de Grenoble nous propose deux visions des déplacements, deux paradigmes inefficaces et nuisibles dans les domaines de l’aménagement d’un côté et de la sécurité routière de l’autre.

JPEG - 51.7 ko

Dans le cas des aménagements, les urbanistes, les techniciens et les responsables politiques ne semblent voir que le véhicule. Ils s’acharnent ainsi depuis des décennies à faire rentrer une grande quantité de voitures dans les rues et sur les places des villes, oubliant simplement qu’une voiture occupe, qu’elle roule ou non, au moins 10 mètres carrés pour ne servir au déplacement que d’une seule personne dans la plupart des cas. Cherchant à remplir au mieux leurs « tuyaux » en essayant d’organiser au mieux leurs « flux », ils bouchent les trous en plaçant, par exemple, des pistes cyclables sur les trottoirs. Ils se soumettent à la croyance d’une nature qui aurait horreur du vide et ils oublient la réalité d’une nature pleine de vide dans chacun de ses atomes. Seul le vide rend le mouvement possible, la structure des atomes et la sclérose des bouchons le démontrent à chaque instant. Il vaut donc mieux créer du vide que de chercher à bien remplir des rues avec un véhicule trop encombrant pour une personne.

JPEG - 43.5 ko

Or, le piéton, l’utilisateur des transports en commun et le cycliste n’occupent que très peu d’espace pour se déplacer (et pour stationner, dans le cas du cycliste). Il est temps de renoncer à résoudre la quadrature du cercle qui débouche sur le projet de Rocade Nord. Ce ne sont pas de nouveaux tuyaux qui fluidifieront les flux.

Il est urgent pour les aménagements d’inverser un paradigme qui place le véhicule comme référence et de considérer le déplacement de la personne en premier lieu.

JPEG - 623 ko

Dans le cas de la sécurité routière, le véhicule est oublié face au comportement de la personne et de sa responsabilité. Or, une voiture est non seulement très encombrante, comme nous l’avons déjà évoqué, mais également lourde et rapide. Tout cela concourt à faire beaucoup de dégâts dès le premier incident ou accident. Au contraire, le vélo est peu large, léger et sa vitesse est modeste. On pourra ajouter également une vision et une écoute des bruits de la circulation nettement favorable au vélo. On peut donc affirmer que quelque soit le comportement du cycliste, un vélo ne représente pas de danger important pour son utilisateur ni pour les autres usagers de la route, alors que l’automobile est en permanence dangereuse quelque soit le comportement de son conducteur. Au lieu de sanctionner une responsabilité, il est préférable là encore de créer un vide, un vide de dangerosité, de diminuer les risques en augmentant la circulation des véhicules non dangereux, tout en diminuant la présence des véhicules dangereux.

JPEG - 35.2 ko

Il est urgent pour la sécurité routière d’inverser un paradigme qui place l’individu comme référence et de considérer le véhicule en premier lieu pour améliorer la sécurité dans les rues.

JPEG - 75.1 ko

Il est inutile de se demander si les cyclistes font « plus n’importe quoi » que les piétons qui feraient « encore plus n’importe quoi » que les automobilistes. La question est de savoir avec quel « n’importe quoi » nous souhaitons vivre : celui qui paralyse la circulation et qui fait mal, ou celui qui libère de l’espace et qui n’est dangereux pour personne. Face aux drames humains de la violence routière, il est difficile de ne pas réagir en dehors de l’émotion, mais il faut garder à l’esprit les comparaisons rationnelles et savoir affirmer que pour la sécurité de tous, mieux vaut plus de cyclistes faisant tous plus « n’importe quoi » les uns que les autres que plus d’automobilistes très respectueux du code de la route.

Vive le n’importe quoi mais pas avec n’importe qui,
Vive le n’importe quoi cycliste dans nos rues !

Professeur Dupignon
uN p’Tit véLo dAnS La Tête

Notes

[1Dauphiné Libéré du 24/11/2008 « Cyclistes attention aux PV !

SPIP 3.0.21 [22462] | Squelette BeeSpip v.3.1.0