Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Accueil > Les animations > Libérations de parking

Libérations de parking

Depuis 2004, l’association organise des libérations de parking tous les 22 septembre, pour fêter la journée mondiale sans voiture.

La journée mondiale sans voiture

Le "World Carfree Day" est un rendez vous organisé par la société civile internationale pour montrer comme la ville est belle quand l’air y est pur, qu’il n’y a plus de bruits de moteur, que la rue est sûre et que les paysages urbains sont débarrassés des véhicules. La date, le 22 septembre, a été choisie pour coïncider avec la semaine européenne de la mobilité. Toutefois, l’objectif du réseau World Carfree est d’impliquer toutes les villes du monde dans cette journée sans voiture.

Les premières journées sans voitures ont été organisées au moment des chocs pétroliers dans les années 1970. Par la suite, quelques villes européennes ont commencé à institutionnaliser cet événement au début des années 1990. Puis, une journée internationale sans voiture a été organisée en Europe en 1999. Ce fut un projet pilote pour la campagne "En ville sans ma voiture" qui se poursuit pendant la "Semaine européenne de la mobilité".

En 2000, le mouvement "Car Busters" (précurseur du réseau World Carfree ) a appelé à célébrer une journée sans voiture tous les 22 septembre.

Depuis 2004, la France ne participe plus officiellement à la journée mondiale sans voiture. "Trop compliqué" d’empêcher les bagnoles de circuler dans la ville disent les autorités. Et quasiment toutes les communes de France ont oublié cet événement international qui reste toutefois célébré dans plusieurs dizaines de pays. Triste destin pour une journée sensée provoquer le changement de comportement des automobilistes quotidiens... Mais les villes françaises sont tellement dépendantes de la voiture qu’elles ne peuvent s’en priver une seule journée par an.

La reconquête de l’espace urbain à Grenoble

Tous les 22 septembre, depuis 2004, l’association uN p’Tit véLo dAnS La Tête organise une reconquête de l’espace urbain. L’idée est simple : agir contre la circulation automobile en en montrant l’aberration que représente l’espace réservé au stationnement automobile dans les centre-villes. Le système l’est tout autant : toute place qui se libère sur un parking payant est prise d’assaut par un cycliste. Celui-ci y gare son vélo et bien sûr achète le temps d’utilisation de cet espace. L’action reste ainsi dans la légalité puisqu’elle respecte la marchandisation de l’espace public instaurée à cause de l’automobile.

Ainsi, place après place, l’espace occupé par le parking est reconquis. Aux gens qui passent, on explique sans que cela ne nous tracasse : "les voitures à la casse, des vélos à la place".

En choisissant un parking de taille modeste et où le temps de stationnement est particulièrement limité dans le temps (maximum deux heures), la libération complète de l’espace est rapide. Il devient alors rapidement très agréable d’utiliser le lieu pour pique-niquer, discuter, jouer au ballon, à la marelle, de la guitare, au badmington, etc... La présence d’enfants est particulièrement conseillée.

Tout est possible avec un peu d’imagination pour utiliser les quelques centaines de m² d’espace libéré. En 2006, nous avions recouvert d’un potager une partie de la place bitumée. Un petit conseil pour ceux qui souhaitent tenter l’opération : invitez d’autres associations à partager ce nouveau lieu de vie, prévoyez un apéro et une base pour le pique nique.

La place s’anime comme par enchantement et les passants qui prennent le temps apprécient bien souvent l’événement. Dans la semaine, nous réalisons cette action entre 12h et 14h.

Les réactions des habitants

Bien sûr, on trouve toujours des gens qui se plaignent du changement d’usage d’une place de centre-ville. Certains commerçants pointent le nez et n’oublient pas de dire ou de crier que leur chiffre d’affaire est en chute libre et qu’à cause de nous leur boutique va fermer... Nous tentons souvent de les raisonner et de leur faire comprendre que la voiture a plus desservi les commerces de quartiers qu’elles ne les a enrichi, mais... les arguments ne suffisent pas toujours à convaincre.

Parfois, certains automobilistes s’énervent également. Ils se plaignent du manque d’espace pour se garer, du temps perdu, ... Alors, nous leur expliquons qu’à vélo tout serait plus beau, et que c’est la seule journée de l’année où ce vilain parking est transformé en terrain de jeu pour les enfants ...

En tout cas, personne ne peut nier que la reconquête de l’espace public crée le dialogue. Et si certains piétons font leur chemin sans même regarder, d’autres viennent se renseigner. Et beaucoup apprécient et nous félicitent de l’initative.

La reconquête de l’espace urbain : continuons la lutte

Certains verront dans cette action éphémère la création d’une Zone Autonome Temporaire [1] Tant mieux !

En 2006, de l’autre côté de la planète, un collectif de San Francisco, the Rebar Group, a crée le Park(ing) Day.
L’idée est équivalente : se réapproprier l’espace public pour une journée ou quelques heures. Ils proposent de transformer tous les 19 septembre des places de parking en un parc bucolique. [2]
Cette initiative commence à faire son chemin à travers le monde, joignons nous à l’événement.

Compte-rendu des précédentes libérations de place par le p’Tit véLo

Edition 2004 - Place Jean Achard
Edition 2005 - Place Jean Achard
Edition 2006 - Place de Metz
Edition 2008 - Place Jean Achard
Edition 2009 - Place Jean Achard
Edition 2010 - Place Jean Achard
Edition 2011 - Place Championnet

Notes

[1Hakim Bey (1997) TAZ, Zone Autonome Temporaire, (Temporary Autonomous Zone), Éditions de l’Éclat, Paris.

SPIP 3.0.21 [22462] | Squelette BeeSpip v.3.1.0